No Publication Without Compensation?

Last week, Nate Thayer’s rant about an editor’s request for free work sparked a global debate about the compensation of writing.

Nate Thayer was contacted by an Atlantic editor asking him to repurpose and summarize a previously published story without compensation. E-mails went back and forth. He started ranting in his replies and, then, published the whole e-mail exchange on his website.

Alexis Madrigal, senior editor at The Atlantic, published a piece defending his colleague. In addition, the piece walks the reader through the economics of a general interest magazine and argues that they can’t pay for each piece.

After that, lots of people jumped into the discussion. Fore example, Paul Carr, founder of NSFWCorp, wrote an interesting article about how his company operates, pays writers and why.

The discussion was well recapped and commented on «Let’s Make Mistakes», episode 85. In this episode, Matt Honan, senior writer at WIRED, discussed the similarities between writing and design with the hosts, Mike Monteiro, co-founder, and Leah Reich, researcher at Mule Design.

The question is not whether you should write for free. You should write for your own joy and your clarity of mind as well as to make a living. The question is: «Should you allow organisations to publish your articles without compensating you?». Ann Friedman, a magazine journalist who loves the internet, argued it makes sense to allow your work to be published for free sometimes. I agree and have done it. Knowing exactly when is tricky, however. Where do you draw the line?

Updated 20:06: I just found the Branch discussion many people are talking about.

Élégie pour Google Reader

Google Reader va s’arrêter le premier juillet 2013. Cette nouvelle m’a mis de méchante humeur. C’est pô juste.

On dira qu’il y a «pleins d’autres agrégateurs» mais aucun n’a les mêmes fonctions très pratiques. Les raccourcis claviers de Google notamment s’impriment profondément dans le cerveau. Le fait de marquer les articles comme lu lorsque l’on scrolle est une fonction que je n’ai jamais réussi à trouver dans d’autres produits jusqu’ici.

Bien sûr, le nombre limité d’utilisateur et le fait que l’aggrégateur n’offre pas de source de revenus à l’entreprise expliquent cette décision. L’agrégateur n’est ni un projet de science-fiction comme Glass ou les voitures autonomes, ni un projet d’importance stratégique comme Android et encore moins une vache à lait comme AdSense. Cette nouvelle reste très frustrante et inquiétante.

L’arrêt de Google Reader a une portée symbolique. Le service permettait de montrer l’importance que Google accorde à la sauvegarde de RSS en tant que protocole ouvert et libre. Les grands acteurs comme Twitter et Facebook ont depuis longtemps abandonné les flux RSS. Si Google fait de même, que va-t-il advenir de ce format?

Même si l’industrie se tourne vers les «rivières d’information» où la sélection des sources est algorithmique comme le NewsFeed de Facebook, un service d’agrégation «bête» montrant les articles des sources que je sélectionne moi-même et, surtout, qui me les montre tous offre de la valeur pour faire de la veille.

D’après Google, la pétition #SaveGoogleReader restera malheureusement sans effet. Il est temps d’exporter sa liste de flux et de chercher refuge ailleurs. Google Reader, tu nous manquera.

Writers, how do you organize writing files and papers?

It’s late, so very late and I am once again desperate for something to publish thanks to the #back2blog challenge.

As I crawl through all the unsorted text files on my computer and through more than forty drafts in WordPress, I say to myself: «That’s crap. That’s not ready. Ah, that’s just a funny title and no more. Oh, I can never publish this». I begin to question the sanity of my process — and my own. Writing is bound to be messy. Some of that will show in the writer’s file organisation, I know. However, there has to be better systems out there.

So, I would like to seize this opportunity to ask you #back2blog participants and other writers how you keep your writing organized.

Many years ago, I’d print out and keep every version of every piece of teenage-angst poetry in a single giant binder. This binder’s subdivisions matched with the folders and subfolders in my computer. The system blew up when puberty hit, I think. I started writing pages upon pages of prose and couldn’t afford all that paper anymore.

In adopting Getting Things Done, I banned grey binders for yellow Manilla folders. Altough my reference material, my financial and other administrative documents are better organized than ever, my writing’s a mess.

If you would be so kind, please, tell me how you do it. In the comments, on your blog, in a private e-mail. Just tell me. If your writing’s messy, how do you cope? And if you have a system to keep your writing under control in your computer and out, how does it work?

Nouveaux #blogchat européens

Pour le deuxième mois consécutif, la session de #blogchat pour les Européens a eu lieu aujourd’hui. Il s’agit d’une discussion d’une heure à propos de blogging. Mack Collier, consultant en média sociaux dans le sud des États-Unis, organise ces «chats» depuis 2009.

Tous les intervenants utilisent le hashtag #blogchat et on passe une heure à discuter ensemble. Les tweets défilent si vite! Utiliser un service spécialisé comme tweetchat.com pour y participer est indispensable.

En décembre dernier, Paper.li sponsorisait les sessions hebdomadaires à l’attention des Américains. Elles avaient lieu, pour nous, le lundi à 3 heures du matin. Comme de nombreux Européens, je m’étais levé tôt pour y participer. L’enthousiasme des Européens a donné envie à l’organisateur de mettre sur pied une session mensuelle avec un horaire plus favorable. Ainsi, cette nouvelle session a lieu à 1 h de l’après-midi dans le fuseau horaire médian des États-Unis tous les deuxième mardi du mois. Puisque les Américains sont passés à l’heure d’été hier, l’horaire correspond à 19 heures en Europe centrale.

La session du jour était consacrée aux Calls To Action sur les blogs. Nous avons discuté des raisons qui nous poussent à demander aux visiteurs d’effectuer des actions comme commenter, s’abonner ou acheter nos produits. Il a aussi été question de la manière de le faire le plus gracieusement et subtilement possible. C’était très intéressant et animé. Vous pouvez consulter la retranscription.

Le 9 avril prochain, le thème sera les statistiques de fréquentation. Je suis particulièrement content car il me reste beaucoup à apprendre à ce sujet. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’ai proposé. J’espère vous retrouver lors de ce prochain #blogchat!

Catching up on Pinterest

I joined Pinterest roughly two weeks ago. The amount of attention Pinterest got from the start didn’t convince me to join. The commentary seemed enough to understand it. Soon, however, iconography in blog posts began to shift. Editors told me to find catchier graphics to appeal to Pinners. I grew more curious of the service’s specific culture. Its recent round of financing and their open positions boosted my confidence in the future of the service and I joined.

Evren Kiefer on Pinterest

The signup process is great. All you have to do is connect your twitter account, choose five things you like and — boom — you’re in. Simple. Although the second step startled me a little bit. I chose four things I liked and started looking for a next button because I wanted to be as specific as possible. However, the interface wants you to choose five things. I clicked around and my contacts from other social networks got mass-followed. The first few sessions, I had to trim down the selection to get what I wanted.

I wonder how long visitors stay engaged and how often they come back. Since the site doesn’t use seem to use many tricks to keep you on, I guess the average visit is shorter than on other social networks. However, since it is useful and versatile, users probably return at similar rates. If someone has data on that, share in the comments, please.

Like on any versatile platform, finding a precise purpose is best. Otherwise, novelty-seeking becomes a goal in itself. The novelty on tap offered by image-centric services can make hours disappear off your day. From the start, my use was going to be very specific. I’ve always been an amateur of architecture and engineering. This interest of mine got only more acute when building in Minecraft. Posting inspiration sources and documentation to Pinterest seemed the perfect way to put the service to use.

So I started boards around the themes of houses and public buildings which soon branched out into other boards. I soon started following city planning and related boards, users followed me back and introduced me to new boards on urbanism. It is a great learning and networking environment!

Was releasing “House of Cards” all at once smart?

Yesterday on TWiT, the panel talked about “House of Cards”, the new Netflix exclusive political drama starring Kevin Spacey. Netflix is a video on demand service and they might be reinventing TV production and scheduling.

“House of Cards”, an original Netflix series with Kevin Spacey

On traditional TV, shows are usually released one episode per week. And all the episodes have to be the same length to fit the channel’s schedule.

In “House of Cards”, the fact that is it is video on demand frees the creators from these constraints. Each episode is, according to Brian Brushwood on TWiT #391, a different length. Moreover, they reveal the episodes all at once because the vast majority of TV show fans happen to be bingers.

Is it all positive?

The liberation from scheduling constraints is unequivocally positive as it will save us the filler montages à la Baywatch. However, the fact that they release it all at once could limit the cultural relevance of shows. Evenly spaced releases stroke the fires of conversation and ensure that viewers are all on the same page. These advantages might go away.
During TWiT, this change has been compared to the transition between installment-based novel releases in the 19th century and how publishers release novels all at once now.

Long tail

Whereas the 19th century oeuvres had to be printed on limited amounts of paper, the digital files can be copied cheaply over the internet. They can, therefore, sell and make profits for all eternity.

In one of his longer posts, Seth Godin makes a clear distinction between backlist and frontlist. On the one hand, just-released products garner all the attention and constitute the frontlist. On the other hand, the backlist of older products, says he, is where the real profits are made. So, tending to your backlist, growing it and using it –in turn — to grow your audience makes lots of sense.

With regards to Netflix’ strategy, the novelty of their approach makes their release into an event. When the novelty wears off, will their series continue to grab the public’s attention as efficiently? I guess, we’ll have to wait and see.

Rétro-ingénierie de stratégie de contenu

«How to Reverse Engineer the Perfect Content Strategy» de Simon Penson (@simopenson), fondateur de l’agence de marketing de contenu Zazzle, explique comment extraire un plan de contenu d’un magazine. Il explique comment les publics sont segmentés. Selon lui, on peut baser une stratégie de contenu sur l’observation d’autres publications comme un magazine de qualité.

Faire le plan du magazine en notant les différents types d’article que vous rencontrez page par page peut constituer une bonne base de réflexion pour créer un plan. Pourtant, ce raccourci n’en est pas un. Il faudra tout de même se poser des questions du style:

  • Pour quel public voulons-nous publier: les employés, les employés potentiels, les prospects, les clients?
  • Quels contenus intéresseront le public cible?
  • Comment sera produit le contenu?
  • Quel volume de contenu peut-on produire en maintenant une bonne qualité?
  • Quelle fréquence de publication allons-nous adopter?

Dessine-moi un magazine digital

Des personnes hors du secteur de l’édition lancent des magazines nativement digitaux qui ne sont pas considérés comme des concurrents par les grands éditeurs. Par exemple, Marco Arment a lancé «The Magazine», une application iOS qui propose quelques quatre articles toutes les deux semaines. Cette offre est très différente des magazines digitaux publiés par les grands éditeurs comme Condé Nast ou encore le «Daily» de Rupert Murdoch.

Dans un essai intitulé «Subcompact Publishing», Craig Mod fait un parallèle entre le marché de l’édition d’aujourd’hui et le marché de l’automobile de la fin des années soixante. À l’époque, Honda lançait sa N360, une voiture légère et compacte. Les constructeurs automobiles américains et français pensèrent, à tort, qu’il ne s’agissait pas de concurrence mais d’un marché complétement séparé.

Un produit minimal viable

Craig Mod argumente que la N360 de Honda est un produit minimal viable. Cette voiture compacte a pris les acteurs établis sur la marché par surprise. Comme Marco Arment avec son application «The Magazine», les concepteurs de Honda ont recommencé la conception à zéro sans tenter de transposer les habitudes héritées des anciens modèles dans le nouveau.

Marco Arment étant un développeur intéressé par l’édition mais un développpeur avant tout, il a pu mettre à profit son expérience en développement pour créer une solution simple et viable.

Craig Mod donne une liste de caractéristiques pour créer un magazine digital viable minimum.

  • Des petits numéros (3 à 7 articles). De petits numéros sont simple à envisager comme une unité. En plus, cela facilite l’optimisation des fichiers.
  • Des fichiers légers. Plus les téléchargements sont rapides, plus l’expérience utilisateur est bonne.
  • Des prix conscients de la nature digitale des publications. Les prix des publications papiers ne devraient pas influencer le prix d’un magazine digital. Un éditeur 100% digital a la liberté de pratiquer des prix plus bas car il n’a pas peur de cannibaliser les ventes de la version papier.
  • Un calendrier éditorial fluide. Le processus de création du magazine étant raccourci, on peut le publier 2 à 4 fois par mois.
  • Du scrolling (pas de pagination). La pagination est complexe en terme d’expérience utilisateur et d’ingenierie. Le scrolling est bien plus simple à mettre en oeuvre. Il est aussi plus familier pour les utilisateurs.
  • Une structure et une navigation claire. Préferer la simplicité pour ne pas créer la moindre confusion chez le lecteur. «The Magazine» propose une table des matières, des articles et un menu de partage pour chacun, ni plus ni moins. Ce minimalisme apporte une grande clarté.
  • Basé sur le HTML ou sur des formats issus de HTML tel que ePub, mobi et autres.
  • Touchant le web ouvert. S’il n’y a pas d’URL accessible, le lecteur ne va pas vouloir ou pouvoir partager l’article sur les médias sociaux. «The Magazine» propose un extrait de l’article sur le web ouvert.  Pour Craig Mod, le nombre de partage sur les réseaux sociaux pourraient augmenter si l’article était disponible en entier. D’après lui, les gens paient pour le côté pratique de la livraison automatique du contenu sur leurs appareils mobiles plus que pour le contenu en lui-même.

Quant à moi, j’ajouterais à cette liste qu’il est important de:

  • Faire des liens dans le corps des articles. Le contenu sans lien ne tire pas avantage du médium web. De plus, on peut les enlever et les transformer automatiquement en notes de bas de page avec CSS ou XSLT dans la version imprimée. En revanche, ajouter des liens par la suite automatiquement ou à la main est beaucoup plus ardu.

Des manques flagrants dans les solutions des grands éditeurs

Loin de ressembler au magazine décrit plus haut, les solutions développées par les éditeurs établis transposent leurs méthodes et leurs pratiques directement sur les tablettes et les téléphones.

Anna Wahrman, consultante éditoriale, aborde les différentes versions optimisées des applications mobiles et des contenus pour chaque appareil mobile et leur caractère ruineux. Les éditeurs essaient de répliquer le niveau de contrôle que les designers peuvent se permettre sur la page imprimée dans le domaine digital. De plus, il le font sans remettre fondamentalement en cause l’organisation du travail. Ils créent une nouvelle version du contenu pour chaque format d’écran, chaque mode d’interaction et de livraison du contenu. Les coûts de production explosent et les modèles d’affaire craquent sous leur poids.

Karen McGrane, dans son livre «Content Strategy for Mobile», offre deux autres exemples de problèmes qui surviennent lorsque l’on enferme le contenu dans un silo correspondant à un mécanisme de livraison unique en prenant l’exemple de Condé Nast. L’éditeur américain a décidé de tout miser sur l’iPad. En plus de mettre en page l’édition papier, ils ont intégrés de nouveaux outils Adobe dans leurs processus pour créer deux mises en page pour l’iPad: une en mode paysage et l’autre en mode portrait. Il en résulte de belles mises en page mais peu de possibilité d’interaction et aucun lien vers l’extérieur.

Malheureusement pour eux, leurs éditions iPad n’ont pas eu le succès escompté et, en plus, le marché des appareils mobiles a continué à se fragmenter. Leurs lecteurs ont commencés à utiliser toute une variété de terminaux mobiles différents et l’iPad n’est pas devenu le standard de facto qu’ils avaient espérés.

Le «Daily», magazine quotidien digital lancé par Rupert Murdoch, s’est aussi trop longtemps cantonné à l’iPad. Les graphistes le mettaient en page en mode paysage et en mode portrait également. Il avait un coût de production élevé. Le produit fini avait les mêmes défauts que les autres magazines iPad. Il était très long à télécharger. Il ne proposait pas de mise à jour pour suivre l’actualité entre les numéros. Le Nieman Journalism Lab revient sur l’arrêt de la publication du «Daily» en citant les raisons ci-dessus et d’autres.

Un mécanisme de livraison pour les gouverner tous ?

Qu’il s’agisse d’un magazine ressemblant à «The Magazine» ou aux applications iPad de Condé Nast ou encore du «Daily», cette présence sur une seule plate-forme peut-être un frein.

Condé Nast, avec ses grandes structures et ses coûts élevés, n’a pas réussi en misant tout sur l’iPad. Le volume de vente n’était pas suffisant. Pour tenter de corriger le tir, ils sont obligés de simplifier leurs processus pour produire et distribuer leur contenu sur tous les types d’appareils en une seule fois afin d’atteindre des volumes suffisants.

Dans le cas de «The Magazine» de Marco Arment, le mécanisme «Newsstand» d’Apple offre une belle opportunité pour un magazine au volume de circulation plus réduit et dont les coûts de production sont très bas.

Le «Newsstand» fournit un méchanisme pour recevoir du contenu sur son appareil iOS en payant. Le fait qu’Apple (ou Amazon, dans le cas des eBooks) se pose en intermédiaire dans la relation entre les éditeurs et les lecteurs me semble problématique. Malheureusement, leur solution est trop pratique et leur pénétration du marché trop grande — elle atteint des sommets en Suisse, par exemple — pour que les petits éditeurs s’en passent.

Pourtant cette solution se paie au prix fort. Apple et Amazon ne partagent que très peu de statistiques sur les clients et la façon dont ils arrivent jusqu’aux produits des éditeurs. Avec de meilleurs renseignements, les éditeurs pourraient mieux cibler leurs efforts de promotion et développer de nouveaux produits innovants. Suw Charman-Anderson, auteur auto-publié, parle en détail de ce manque d’information sur le blog qu’elle tient pour Forbes.

Un pas au-delà du minimum

Or, il existe une alternative au mécanisme de livraison unique. Comme Karen McGrane l’explique dans son livre «Content Strategy for Mobile», le contenu peut être fortement structuré et servi depuis un système de gestion de contenu central (au travers d’une API) dans plusieurs canaux de distribution. Alors que le livre entre dans les détails, cet article d’UX Crank, qu’elle cite, donne une idée générale de la méthode.

En ajoutant simplement deux points de plus à la liste, un petit éditeur pourra vraiment faire des étincelles sans alourdir l’organisation du travail ou augmenter les coûts.

  • Un contenu fortement typé et structuré comme Karen McGrane et Rachel Lovinger le conseillent. «La modélisation de contenu, une compétence maîtresse» par Rachel Lovinger (traduit de l’anglais par moi) offre une bonne introduction à cette pratique.
  • Une API exposée ou pas permet d’intégrer le contenu dans d’autres canaux de distribution avec une grande souplesse. Par exemple, on pourra faire fonctionner une application mobile et un site web avec le même contenu.

Liste de lecture sur la stratégie de contenu et la gestion de personnel

Cette semaine, la liste de lecture du week-end se concentre sur les rapports entre les questions de contenu et les questions de gestion d’équipe et de politique interne aux organisations. Un certain nombre d’article ont été publié sur le sujet récemment.

Bien former les rédacteurs

Un article sur la formation des rédacteurs web a été publié par Sally Bagshaw (@snappysentences) sur le blog de Confab. Elle fera une présentation sur ce thème lors de la conférence Confab Londres 2013. En préparant nos contenus pour le futur, on configure nos systèmes de gestion de contenu pour avoir du contenu structuré. Pourtant si les rédacteurs ne sont pas formés à leur utilisation, nos efforts de stratégie de contenu ne donneront pas les meilleurs résultats. La formation continue des rédacteurs est un exercice complexe. Il s’agit d’équilibrer les besoins avec le temps et les ressources disponibles. Les commentaires au bas du billet sont aussi intéressants et utiles.

Changer les usages autour du contenu avec stratégie

L’article «Stratégie vers l’intérieur» de Rachel Lovinger (@rlovinger) publié sur le blog Scatter/Gather de Razorfish offre un avis sur la place du mot «stratégie» dans «stratégie de contenu». Selon l’auteur, il se réfère surtout aux efforts en matière politique à fournir au sein des organisations pour mettre en place des processus de publication censés et pérennes.

Une optique plus large

«Votre contenu pose un problème de personne» par Erin Scime (@erinscime) de l’agence Razorfish, elle aussi, prend justement cet angle pour informer les entrepreneurs sur la stratégie de contenu. Si les processus de publication ne sont pas assez efficaces et les équipes de rédaction trop petites, le contenu ne pourra jamais atteindre son plein potentiel et aider à la vente de services et de produits. Ainsi, elle explique comment y remédier en traitant le contenu comme un des produits de l’organisation.